GROSSE-ÎLE

Il y a quelques années, Maxime Brillon tombe sur un manuscrit de son arrière-arrière-grand-père, Francis J. Connelly, un électricien d’origine irlandaise. Ce texte, destiné au « Reader’s Digest » de l’époque, n’est certainement pas un chef d’œuvre, mais contient une urgence de dire attendrissante. Comme si son aïeul se donnait le droit, pour la première fois et à la fin de sa vie, de considérer son existence. Brillon se met alors à décortiquer cette parole franche, son rythme, son humour pince-sans-rire, son acharnement absolu des détails. De ce texte dense et dépourvu de ponctuation, émane une poétique involontaire. Il amorce des recherches à la fois documentaires et généalogiques, s’intéressant, entre autres, à la place des Irlandais catholiques anglophones au sein de la société québécoise. Le spectacle qui en découle allie théâtre, environnement virtuel interactif, jeu vidéo, essai littéraire et quête historique.

 

Collaborateurs : Gabrielle Giasson-Dulude, Anne-Marie Dubreuil, Sébastien Johnson.